Les annulations de vol arrivent, mais si elles sont évitables, vous pouvez avoir droit à une indemnisation pour les désagréments subis en vertu du règlement CE 261. Ce règlement très strict protège les droits des passagers. Vous pouvez recevoir jusqu’à 600 € en fonction de la durée de votre vol, de la durée de votre retard et de la destination de votre voyage.

Qu’est-ce qui caractérise un vol annulé ?

Si votre vol n’a jamais quitté le tarmac, vous avez de la chance ! Il s’agit d’un vol annulé, même si vous êtes monté à bord de l’avion. La plupart des vols annulés ne vont pas aussi loin. En général, vous recevez une notification sur votre téléphone ou par courriel vous informant que votre vol a été annulé et que vous devez contacter le service clientèle. Si vous êtes déjà à l’aéroport, l’annulation sera affichée sur le tableau. Vous vous rendrez au comptoir du service clientèle avec tous les autres passagers malchanceux pour voir ce qu’ils peuvent faire pour vous aider à atteindre votre destination, qu’il s’agisse de vous réserver une place sur le prochain vol, de vous reprogrammer ou de vous mettre en attente.

Si vous n’êtes pas en mesure de vous rendre à destination en utilisant votre mode de transport initial, votre vol est annulé. Le règlement CE 261 définit un vol annulé comme « la non-exécution d’un vol préalablement prévu et sur lequel au moins une place était réservée. » C’est essentiellement une façon élégante de dire que si vous avez acheté une place dans un avion et que vous n’avez pas pu l’utiliser parce que l’avion ne se rendait pas à votre destination, alors votre vol est annulé.

En vertu de l’article 261 du traité CE, les compagnies aériennes sont tenues de vous donner un préavis de 14 jours si votre vol est annulé. Si elles ne le font pas, vous pouvez prétendre à une indemnisation, en fonction de votre vol, de la distance, de la destination, etc. En outre, même s’ils vous font prendre un autre vol, si l’heure d’arrivée varie considérablement (au moins 3 heures) par rapport à l’heure d’arrivée initialement prévue, vous remplissez également les critères pour déposer une plainte au titre du CE 261. Travailler avec une compagnie spécialisée peut vous aider à obtenir l’indemnisation maximale que vous méritez. En fin de compte, si le problème à l’origine de l’annulation était du ressort de la compagnie aérienne, vous devriez recevoir quelque chose si vous comprenez vos droits.

Quelles sont les circonstances applicables ?

Le règlement CE 261 est puissant, mais malheureusement pour les passagers, il ne s’applique pas à tous les vols, seulement à ceux qui volent dans l’Union européenne ou dans l’espace aérien européen. Pour être éligible, votre vol doit avoir eu un point de contact dans l’UE, le plus souvent au décollage, bien que certains vols à l’arrivée soient éligibles en fonction du transporteur aérien. Les autres circonstances admissibles sont les suivantes :

  • Si votre vol a été confirmé, et que vous aviez un numéro de confirmation, un numéro de vol, un numéro de siège, etc.
  • Si la compagnie aérienne vous a informé de l’annulation moins de 14 jours avant la date de votre départ.
  • Si votre réservation a été modifiée et que votre nouvelle heure d’arrivée a été considérablement retardée par rapport à l’heure initiale.
  • Si la raison de l’annulation était sous le contrôle de la compagnie aérienne et qu’il n’y avait pas de circonstances extraordinaires.
  • Si l’annulation a eu lieu au cours des trois dernières années, bien que ce délai puisse varier en fonction du pays où elle a eu lieu. Chaque pays a des délais différents pour déposer une demande d’indemnisation, il est donc important de comprendre quels sont vos droits.

Le montant de l’indemnisation que vous pouvez réclamer dépend de la durée du vol, de la durée du « retard » si vous demandez un nouveau vol, et de la destination de votre vol. Tant que les circonstances sont du ressort de la compagnie aérienne, vous pouvez prétendre à une indemnisation au titre du règlement CE 261. Si vous recevez des services de leurs compagnies aériennes, ne signez rien avant d’avoir lu les petits caractères. Vous pourriez, sans le vouloir, renoncer à vos droits de déposer des réclamations futures contre elles en raison de votre retard.

Le règlement CE 261 favorise généreusement les passagers, mais il ne peut rien faire si vous renoncez volontairement à vos droits. Dans ce cas, adressez-vous directement à la compagnie aérienne pour savoir si elle vous offrira une compensation supplémentaire pour vos désagréments. Certaines peuvent le faire simplement pour maintenir une bonne relation.

Quelle indemnisation puis-je obtenir ?

Le règlement CE 261 énonce des directives très claires concernant l’indemnisation à laquelle vous pouvez prétendre en vertu de ses dispositions. Il s’agit d’un montant fixe qui est déterminé en fonction de la durée du retard, de la distance et du lieu de votre vol. Si votre vol a été annulé dans les 14 jours précédant votre départ prévu, vous avez également droit à une indemnisation.

Ces dispositions ne s’appliquent que si la compagnie aérienne en est responsable. Une tempête exceptionnelle que personne n’a vu venir sera considérée comme une circonstance extraordinaire. En revanche, si la compagnie aérienne est en grève et qu’elle n’arrive pas à recruter suffisamment de personnel pour assurer le vol, cela n’entre pas en ligne de compte. Tout est question de circonstances admissibles, alors assurez-vous de prêter attention aux facteurs en jeu pour obtenir l’indemnisation que vous méritez.

Lorsque votre vol est annulé, la compagnie aérienne doit collaborer avec vous pour vous amener à votre destination finale. Elle peut vous proposer un nouveau vol, qui doit être aussi proche que possible de votre heure d’arrivée initiale, même s’il s’agit d’un autre transporteur. Vous pouvez également choisir une autre date et une autre heure si cela vous convient, mais le mot clé est que c’est votre choix. La compagnie aérienne ne peut pas le décider pour vous. Si ce n’est pas possible, vous pouvez également demander un remboursement total ou partiel et un vol de retour si vous n’êtes pas chez vous.

Une fois que vous avez déterminé ce que vous voulez faire avec votre vol annulé, vous pouvez maintenant commencer à vous préoccuper des compensations supplémentaires. Vous pouvez recevoir jusqu’à 600 € d’indemnisation pour votre vol annulé. Cette somme est calculée par personne, alors n’oubliez pas de faire une demande pour tous les membres de votre groupe qui ont été touchés par l’annulation. Le règlement CE 261 contribue à responsabiliser les compagnies aériennes dans l’espoir que les annulations de vol sur lesquelles elles ont un contrôle disparaissent peu à peu.

Durée du retard

Lorsque votre vol est annulé, la première chose à laquelle vous pensez n’est probablement pas la durée du retard, mais le changement de programme. Votre vol initial est annulé, mais vous vous efforcez d’obtenir un autre vol. Prenez l’heure à laquelle vous seriez arrivé et comparez-la à votre nouvelle heure d’arrivée. Cela compte comme la durée de votre retard. Si vous avez choisi de ne pas faire de nouvelle réservation, votre vol n’est jamais arrivé, ce qui constitue une autre forme de retard.

En fin de compte, il est dans l’intérêt de la compagnie aérienne d’éviter de payer des indemnités supplémentaires, des repas, un hébergement, un transport, etc. en raison de son retard.

Moins de 2 heures 2 – 3 heures 3 – 4 heures Plus de 4 heures Jamais arrivé Distance
€125 €250 €250 €250 €250 Tous les vols de 1 500 km ou moins
€200 €200 €400 €400 €400 Vols intérieurs de l’UE de plus de 1 500 km
€200 €200 €400 €400 €400 Vols non intérieurs à l’UE de 1 500 km à 3 500 km
€300 €300 €300 €600 €600 Vols non intérieurs à l’UE de plus de 3 500 km

Réacheminement

Une façon pour les compagnies aériennes de ne pas payer de frais supplémentaires est de vous réacheminer, mais il y a certaines règles à respecter pour que cela soit possible. Le tableau ci-dessous indique le délai de préavis requis et les circonstances qui permettent de ne pas payer de frais. S’ils ne remplissent pas ces conditions, vous pouvez déposer une demande au titre de l’article 261 du traité CE. Une compensation similaire s’applique aux circonstances de réacheminement. Vous avez le droit de recevoir jusqu’à 600 € en fonction des circonstances de votre vol.

Préavis Exigences de réacheminement
14 jours Aucune
7 à 13 jours Vol alternatif ne partant pas plus de 2 heures avant et arrivant moins de 4 heures après le vol initial.
Moins de 7 jours Vol alternatif ne partant pas plus d’une heure avant et arrivant moins de deux heures après le vol initial.

Vols annulés en vertu de la directive CE 261

La CE 261 s’applique dans l’Union européenne et dans certains espaces aériens européens, mais si vous volez dans d’autres pays, d’autres réglementations peuvent s’appliquer. Il s’agit notamment de la Convention de Montréal, de l’ANAC 400 du Brésil et des lois américaines sur les passagers.

Le règlement CE 261 a établi la norme pour le traitement des passagers des compagnies aériennes en cas de retard, d’annulation, de refus d’embarquement, etc. Même si vos bagages sont perdus, vous pouvez prétendre à une indemnisation. Il est donc important de connaître vos droits en vertu de cette loi. Vous pouvez déposer une plainte auprès de la compagnie aérienne si votre vol est annulé, et voici ce qui est couvert.

Quels sont les vols couverts ?

Pour pouvoir prétendre à une indemnisation pour vol annulé au titre de la CE 261, vous devez voyager dans des territoires éligibles, quelle que soit votre nationalité. Ainsi, si vous êtes citoyen américain, vous pouvez demander une indemnisation si vous voyagez dans l’UE, ce qui est un avantage appréciable !

N’oubliez pas que la plupart des itinéraires dans l’Union européenne sont couverts, même les régions ultrapériphériques auxquelles la plupart des gens ne pensent pas lorsqu’ils pensent à l’Europe. Il s’agit notamment des îles Canaries, de Madère et des Açores, de la Guyane française et de la Martinique, de Mayotte, de la Guadeloupe et de la Réunion, et de Saint-Martin. L’espace aérien de l’Islande, de la Norvège et de la Suisse fait également partie de la CE 261, même si ces pays ne font pas partie de l’UE proprement dite.

Les autres vols couverts sont les suivants :

  • Les vols de l’intérieur de l’UE vers l’intérieur de l’UE sur des transporteurs de l’UE et non-UE.
  • Les vols de l’intérieur de l’UE vers l’extérieur de l’UE sur des transporteurs de l’UE et non-UE.
  • Les vols de l’extérieur de l’UE vers l’intérieur de l’UE, à condition qu’ils soient effectués par un transporteur aérien basé dans l’UE.

Maintenant que vous savez si votre vol est couvert, vous pouvez commencer à réfléchir aux autres circonstances entourant votre annulation. Avez-vous reçu un préavis suffisant ? Si ce n’est pas le cas, vous avez droit à une indemnisation. Votre retard était-il de plus de 3 heures ? Si oui, vous avez droit à une indemnisation. Les circonstances entourant votre vol ont une incidence sur le montant que vous pouvez réclamer. Dans les situations les plus incommodantes, vous pouvez demander jusqu’à 600 euros d’indemnisation au titre du règlement CE 261.

En fin de compte, si vous voyagez dans l’UE sur des compagnies aériennes de l’UE, il y a de fortes chances que vous puissiez prétendre à une indemnisation. Si vous n’êtes pas sûr, vous pouvez toujours déposer une demande et voir ce qui se passe. Le pire qu’ils puissent dire est non, mais ils peuvent parfois offrir une compensation supplémentaire.

Quels vols ne sont PAS couverts ?

Si vous voyagez sur une compagnie aérienne non européenne, la probabilité que votre vol ne soit pas couvert par le règlement CE 261 est légèrement plus élevée. C’est le cas lorsque vous effectuez un vol de l’extérieur de l’UE vers l’intérieur de l’UE et lorsque l’ensemble de votre vol se déroule en dehors de l’UE. Pour bénéficier de la norme CE 261, le détail le plus important concernant votre vol est qu’il doit avoir un point de contact dans l’Union européenne ou dans l’espace aérien admissible.

Même si c’est le cas, certaines circonstances peuvent vous empêcher de prétendre à une indemnisation, notamment si vous êtes confronté à des circonstances extraordinaires. Il s’agit de circonstances qui échappent au contrôle de la compagnie aérienne mais qui ont néanmoins un impact sur sa capacité à fonctionner. Il peut s’agir de conditions météorologiques extrêmes, de grèves dans les aéroports, de troubles politiques, etc. Cependant, même si vous êtes confronté à des circonstances extraordinaires, vous pouvez toujours déposer une demande d’indemnisation. Dans ces cas, la compagnie aérienne doit prouver qu’elle a pris toutes les mesures raisonnables pour éviter les annulations.

Par exemple, si une tempête est prévue, la compagnie peut essayer de préparer à l’avance le réacheminement ou la reprogrammation de vos vols. Si elle ne le fait pas et que vous pouvez prouver que d’autres compagnies aériennes l’ont fait, vous pouvez prétendre à une indemnisation. Même s’il s’agit de circonstances extraordinaires, les compagnies aériennes doivent faire preuve de diligence raisonnable. Il peut être difficile pour une personne ordinaire de prouver que c’est le cas, c’est pourquoi beaucoup font appel à une aide juridique professionnelle pour défendre leur cause.

La bonne nouvelle est que les grèves des compagnies aériennes sont récemment passées du statut de circonstances extraordinaires à celui de circonstances contrôlables, puisqu’il s’agit d’employés de compagnies aériennes. Les tribunaux examinent régulièrement les exceptions pour s’assurer que les passagers obtiennent le juste niveau de service en vertu du règlement CE 261. Il s’agit de s’assurer que le système de transport aérien fonctionne aussi efficacement que possible et, si ce n’est pas le cas, de demander des comptes.

Les vols de correspondance sont-ils inclus ?

Oui ! Les vols de correspondance sont inclus dans l’indemnisation de votre vol. Si votre vol de correspondance est annulé sans explication dans les 14 jours, vous pouvez déposer une demande d’indemnisation. Les circonstances sont les mêmes pour votre vol de correspondance que pour votre départ et votre arrivée. Il doit se situer dans l’UE, si vos vols ont été achetés sous le même numéro de réservation, etc.

Dans certains cas, les tribunaux ne reconnaissent pas les vols de correspondance comme faisant partie de l’itinéraire. Si votre cas est complexe, il est donc préférable de faire appel à une société spécialisée. Elle peut vous aider à défendre votre cause au nom de la CE 261 et à naviguer aisément dans les failles juridiques. Si vos vols se situent dans l’espace aérien de l’UE ou dans un espace aérien éligible, vous devriez pouvoir récupérer vos pertes, quelle que soit l’étape du voyage que vous effectuez.

Quels sont mes droits ?

L’une des meilleures caractéristiques du règlement CE 261 est qu’il énonce clairement vos droits. Vous n’avez plus à vous interroger sur ce que vous pouvez recevoir pendant le processus d’annulation. Tout est expliqué ! Une fois arrivé à destination, vous pouvez vous préoccuper de déposer d’autres demandes, notamment votre droit à une indemnisation.

En définitive, vous êtes protégé lorsque vous prenez l’avion dans l’UE grâce au règlement CE 261, et vos droits dépendent des circonstances entourant votre annulation. Voyons plus en détail ce à quoi vous pouvez vous attendre si votre vol est annulé. Si vous voulez arriver à votre destination finale, vous y arriverez en beauté !

Remboursement du vol ou réacheminement

Initialement, trois choix s’offrent à vous en cas d’annulation de vol, et vous faites vos choix bien avant de commencer à penser à l’indemnisation au titre du CE 261, ce qui ne devrait pas compliquer les choses.

Tout d’abord, vous devez vous voir proposer un remboursement total ou partiel de votre billet. Si vous êtes au milieu de votre voyage, vous pouvez demander une indemnisation pour la partie non utilisée de votre voyage. Si vous souhaitez rentrer chez vous, on devrait également vous proposer un vol de retour. Vous avez le choix de mettre fin à votre voyage sur-le-champ si le nouveau vol ne vous convient pas. Ne laissez pas la compagnie aérienne essayer de vous forcer la main si cela ne convient pas à votre emploi du temps. Elle peut même payer le transport de retour en dehors du vol le cas échéant, et en vertu de la CE 261, vous devez être remboursé dans les 7 jours.

Ensuite, le vol de remplacement qu’ils proposent doit être le plus proche possible de votre destination finale. Dans la plupart des cas, il s’agira du prochain vol que la compagnie aérienne peut proposer. Toutefois, dans certains cas, il peut s’agir d’une autre compagnie aérienne, voire d’un bus ou d’un train. Il incombe à la compagnie aérienne de vous emmener aussi vite que possible là où vous devez aller, même si ce n’est pas avec elle. Elle a perdu ce droit lorsqu’elle a annulé votre vol.

Enfin, si vous préférez partir à une date ultérieure, ils doivent vous émettre un nouveau billet pour la même destination finale à une date ultérieure de votre choix. Encore une fois, le mot clé ici est « choix ». Vous avez le choix de la date à laquelle vous souhaitez arriver à votre destination finale, même si, bien sûr, cela dépend de la disponibilité. Il n’est pas question de refuser un vol à quelqu’un à cause d’un vol annulé.

Chacune de ces options comporte de nombreux détails, il est donc important de lire les petits caractères pour savoir quelles sont les conditions que vous acceptez. Dans certains cas, les compagnies aériennes insèrent une formulation ambiguë dans leurs contrats pour vous amener à renoncer à votre droit de déposer une réclamation à une date ultérieure. Si tel est le cas et que vous souhaitez déposer une plainte au titre de la norme CE 261, ne signez pas le document. Au contraire, la plupart des mesures qu’ils vous proposent doivent être prises en vertu de la loi. Vous n’avez pas besoin de signer un document pour y prétendre.

S’ils vous envoient dans un autre aéroport de la même ville, la compagnie aérienne doit payer pour le transport jusqu’à votre destination initiale. Sinon, vous pouvez négocier une adresse proche si elle est plus pratique.

Quels sont les autres éléments couverts par le règlement CE 261 ?

Les remboursements et le réacheminement ne sont que le début de ce qui est couvert par le règlement CE 261. Vous avez également le droit à des prises en charge, à un préavis, à des surclassements ou déclassements, à une compensation supplémentaire, etc. Encore une fois, tout dépend des circonstances entourant votre annulation, alors prenez note de tout cela pour en tirer le meilleur parti.

Droit à la prise en charge

Si votre vol a été annulé, vous avez droit à des prestations pendant votre attente. Votre retard doit être d’au moins trois heures pour que ces droits commencent à s’appliquer, et dès lors, vous pouvez bénéficier de repas, de rafraîchissements, d’un accès à la communication, etc. Si votre retard est suffisamment long pour que vous cherchiez un hébergement pour la nuit, la compagnie aérienne doit vous le fournir, en plus de tout transport nécessaire pour vous rendre à votre hôtel et en revenir.

Vous ne devriez pas avoir à faire face à des coûts supplémentaires en raison de la négligence de la compagnie aérienne, alors assurez-vous de conserver tous vos reçus. Elle doit vous rembourser tous les frais que vous avez engagés, y compris la nourriture, les boissons, les hôtels, les vêtements, etc. Tout ce que vous avez dû payer de votre poche doit être remboursé, alors assurez-vous de conserver tous vos reçus.

Surclassement et déclassement

Comme la compagnie aérienne s’efforce de transférer les clients vers leur destination finale sur de nouveaux vols, il se peut que l’on vous propose de surclasser ou de déclasser votre réservation afin de vous placer sur le vol le plus rapide. Si c’est le cas, c’est très bien, mais ne payez pas pour cela. Vous n’êtes pas obligé de le faire. Et si la compagnie vous déclasse, c’est elle qui devrait payer pour vous !

Si vous avez la chance d’être surclassé dans une classe supérieure, cela doit être fait gratuitement. La compagnie aérienne ne peut pas vous faire payer plus cher parce que c’est de sa faute si vous devez faire une nouvelle réservation. Si le contraire se produit, ce n’est pas grave non plus. Vous pouvez être remboursé pour votre déclassement à hauteur de 30 à 75 % de votre tarif initial, ce qui est une aubaine. Si vous supportez les sièges plus petits, vous pouvez envisager cette option.

La compagnie aérienne ne peut pas vous demander de payer pour tout ce qui résulte de l’annulation du vol initial, y compris le surclassement de votre siège. Si le problème était sous son contrôle, elle est en faute et vous pouvez être sûr qu’elle s’occupe de votre nouvelle réservation avec le plus grand soin.

Autres compensations

Lorsque votre vol est annulé, la compagnie aérienne se montrera probablement généreuse. Elle veut vous satisfaire et commencera à vous offrir des choses qu’elle n’offrirait pas habituellement. Il peut s’agir de miles, de bons de voyage, de tickets repas et boissons, etc. Certains offriront même une compensation en espèces pour que vous renonciez volontairement à vos droits.

Réfléchissez à ce qui vous est proposé et à ce que vous abandonnez en l’acceptant. Dans certains cas, vous renoncerez à vos droits de recevoir d’autres indemnités. Si vous ne signez rien, vous ne renoncerez pas à vos droits. Le fait que vous les acceptiez ne signifie pas que vous êtes exclu de toute demande de dédommagement à l’avenir, pour autant que vous respectiez les délais.

La compagnie aérienne est tenue de vous reprogrammer un vol et de vous amener à votre destination si c’est ce que vous avez choisi, alors ne laissez pas les gestes de bonne volonté vous culpabiliser et vous empêcher de déposer des réclamations au titre du CE 261 à l’avenir. Tant que vous n’avez pas renoncé à vos droits, vous devriez être en droit de déposer une réclamation.

Droit à la notification

Selon la loi, la compagnie aérienne est tenue de vous informer de vos droits. En général, elle dispose d’un imprimé au moment de l’enregistrement ou près du bureau du service clientèle. Si ce n’est pas le cas, ils doivent être affichés ailleurs. Vos droits doivent être facilement accessibles et fournis de manière à ce que vous puissiez les lire si vous avez des questions. Si vos droits ne sont pas affichés, demandez-les directement à la compagnie aérienne. Elle est légalement tenue de vous les fournir dans les pays et territoires concernés.

Annulations dues au COVID-19

La pandémie COVID-19 a complètement bouleversé l’industrie du transport aérien, entraînant l’annulation de nombreux vols. Comme personne ne pouvait prévoir les effets durables de cette pandémie sur le monde, l’industrie du transport aérien ne pouvait pas non plus le faire. En tant que tel, la pandémie COVID-19 a été qualifiée de circonstances extraordinaires. Si votre vol a été annulé en raison du COVID-19, vous ne pouvez pas prétendre à une indemnisation supplémentaire au titre de la CE 261 ou de toute autre réglementation mondiale en matière d’indemnisation des vols.

Vous pourriez tout de même avoir droit à des remboursements, des crédits et autres, alors n’hésitez pas à contacter directement la compagnie aérienne pour connaître vos droits. Ils ne veulent pas que vous voyagiez si vous êtes positif au COVID.

Comment déposer une demande d’indemnisation

Une fois que vous avez réglé les détails de l’annulation de votre vol, il est temps de déposer une demande d’indemnisation au titre de l’article 261 du traité CE. Si vous ne déposez pas de réclamation, vous ne recevrez pas d’indemnisation supplémentaire. Vous pouvez déposer vous-même une réclamation directement auprès de la compagnie aérienne, ou vous pouvez travailler avec une société spécialisée qui peut vous aider à recevoir l’indemnisation que vous méritez.

Déposer vous-même une réclamation est un processus très simple. Vous rassemblez vos documents et les soumettez directement à leur service clientèle. Leurs équipes examineront votre demande pour déterminer si elle est valable ou non, et souvent, ils essaieront de la rejeter sur un point de détail pour éviter de payer. Vous pouvez faire appel, mais vous êtes à la merci de la compagnie aérienne lorsque vous essayez de naviguer vous-même dans les conditions du règlement CE 261.

D’autre part, vous pouvez travailler avec une société spécialisée. Ces sociétés sont composées de professionnels du droit qui connaissent bien la législation sur les indemnités de vol. Vous devez toujours rassembler tous vos documents, mais vous les remettez à la société pour qu’elle les examine. S’ils estiment que votre demande est valable, ils accepteront le dossier et travailleront en votre nom. La plupart des sociétés d’indemnisation des vols ne sont payées que si vous gagnez, il est donc dans leur intérêt de plaider en votre faveur. Elles prélèvent un montant forfaitaire sur vos gains, mais ce montant varie d’une compagnie à l’autre. Certaines peuvent également facturer des frais supplémentaires si elles doivent aller au tribunal en votre nom. Les deux options sont valables pour déposer une réclamation au titre du règlement CE 261.

Pièces à fournir

Plus vous pouvez rassembler de documents, mieux c’est. Dès que vous apprenez que votre vol a été annulé, commencez à les rassembler ! Vous en serez reconnaissant à l’avenir. Voici quelques-uns des documents que vous pouvez rassembler :

  • Les cartes d’embarquement, les documents de voyage, les bons d’échange, et tout ce qui peut prouver que votre vol a été annulé. Prenez une photo du tableau d’affichage du vol si vous êtes déjà à l’aéroport, de la ligne indiquant que votre vol est annulé, ou faites une capture d’écran de toute communication que vous recevez.
  • Demandez à la compagnie aérienne une confirmation écrite de l’annulation de votre vol et des raisons qui la motivent. Cela s’ajoute aux communications d’embarquement que vous avez pu recevoir.
  • Conservez les reçus de tous les frais supplémentaires que vous avez encourus, y compris les repas, les articles de toilette, les vêtements, les transports, les hôtels et autres (si la compagnie aérienne ne vous a pas déjà fourni des bons pour ces articles).

Travaillez directement avec la compagnie aérienne pour trouver un autre vol vers votre destination, et notez votre heure d’arrivée. C’est essentiel car vous commencez à recevoir une indemnisation lorsque vous avez au moins 3 heures de retard sur votre destination. La compagnie aérienne doit également prendre en charge les repas, les rafraîchissements, le transport et l’hébergement si votre nouveau vol vous oblige à passer la nuit et/ou à dépasser les heures de repas habituelles. Si vous n’avez pas besoin de poursuivre votre voyage, vous pouvez également demander un remboursement.

Si la compagnie aérienne vous offre quelque chose, assurez-vous de lire les petits caractères. Vous ne voulez pas signer de renonciation à vos droits à une indemnisation future. Si vous le faites, vous ne pourrez pas prétendre à une indemnisation au titre du CE 261.

Conclusion

Vous avez des droits si vos vols sont annulés, alors assurez-vous de bien comprendre ce à quoi vous avez droit, à la fois directement auprès de la compagnie aérienne en raison des désagréments subis et en vertu du règlement CE 261. Ce règlement protège les droits des passagers lorsqu’ils voyagent dans de nombreux pays européens, il ne reste donc plus qu’à déposer une réclamation.